Una bicicletta all' inglese

La vedi passare ritta sul suo equilibrio un po' permaloso, distaccata ed elegante, di quell'eleganza che fa chic e che profuma d'aristocrazia!
Senza dubbio è bella, un po' ombrosa, lucida e signorile in quella sua andatura che ricorda antichi sfarzi e bignè alla crema all'ombra di un tè sporcato di latte e presunzione!
Tra una strada e l'altra passeggia un po' altezzosa con quel suo fascino colorato in superficie d'arroganza e si fa beffe di chi, un po' stranito, la guarda sognando chissà cosa...
La vedi passare seria e luccicante sul suo equilibrio pretenzioso e appariscente, leziosa e conturbante, un turbamento che confonde gli occhi e fa tremar le labbra!
Senza dubbio splende nella sua accattivante figura esile che sembra volare nell'aria di un pomeriggio inglese, uno di quei rari pomeriggi dove persino gli accenti si voltano a guardare quella delizia che viene da lontano, forse da isole perdute tra le pagine di un libro d'avventura!
Tra una piazza e l'altra, una bicicletta all'inglese, passeggia con la certezza di essere una dama cresciuta all'ombra di un reame, dove il principe più azzurro, che avrebbe dovuto rapirla per portarla aldilà del mondo, si è perduto tra favole e castelli, mentre lei, ammantata di nostalgia, ora, piange solitaria appoggiata ad un muro color fumo di Londra, mentre una pioggia fine e indelicata bagna quella strada di catrame che si perde in un' asprezza vittoriana! 


"Oxford Street" - opera di  Roberto Sironi - acrilico su tela (particolare)



Une bicyclette à l'anglaise

On peut la voir passer, toute droite, sur cet équilibre un peu susceptible, détachée et élégante… de cette élégance qui fait chic et qui embaume d'aristocratie! 
Elle est sans aucun doute très belle, un peu ombrageuse, chatoyante et distinguée dans cette allure qui rappelle les anciennes splendeurs et les choux à la crème dégustés à l'ombre de thés altérés par un nuage de lait et de présomption! 
D'une rue à l'autre, elle se promène, un peu hautaine avec son charme si coloré d'arrogance en apparence, et va en se moquant de ceux qui, un peu hébétés, la regarde en pensant à on ne sait quoi ... 
On peut la voir passer sérieuse et étincelante sur cet équilibre un peu prétentieux et voyant, maniérée et troublante… de ce  trouble qui brouille les yeux et fait frémir les lèvres!
Sans aucun doute, elle est resplendissante dans cette fascinante silhouette qui semble voler dans les airs d'un après-midi anglais, un de ces rares après-midis où même les accents se retournent pour regarder cette volupté venue de loin, peut-être des îles perdues entre les pages d'un livre d'aventure! 
D'une place à l'autre, une bicyclette à l'anglaise se promène avec la certitude d'être une dame bien élevée, grandie à l'ombre d'un royaume où le prince charmant qui devait l'enlever pour l'emmener au-delà du monde s'est perdu entre contes de fées et châteaux! Désormais enveloppée de nostalgie elle pleure, solitaire, appuyée contre un mur londonien couleur fumée tandis qu'une pluie fine et indélicate mouille cette rue de goudron qui se perd dans une "aspérité victorienne"!

"Oxford Street" - acrylique sur toile - (détail)

Dessin de Roberto Sironi - acrylique sur carton léger

Il costume di Carmen


Focoso, esuberante, un indiavolato miscuglio d’amore e d’oriente, ecco chi è il costume di Carmen!
Rosso come il sangue il suo destino, zingaro come la lama di un coltello, danza con la morte come se la morte fosse un ballo e niente più!
Impetuoso, ardente, infuocato da un inferno di passione e gelosia, ecco chi è il costume di Carmen!
Appassionato, travolgente, elettrico come un lampo a ciel sereno, ecco chi è il costume di Carmen!
Misterioso come la notte, ribelle come il mattino, danza sul filo del rasoio come se la vita fosse solo un ballo bruciato dal sudore!
Venuto da un remoto flamenco per finire tra le braccia di una torbida Habanera, danza come un’ombra nella strada ridendo forte, allo stesso modo di come si va incontro alla morte!


Carmen -  opera di Roberto Sironi - olio su tavola di legno 


Le costume de Carmen


Fougueux, exubérant, un mélange endiablé d'amour et d'orient, voilà ce qu'est le costume de Carmen!
Rouge comme le sang,  son destin, gitan comme la lame d'un couteau,  danse avec la mort comme si la mort n'était rien de plus qu'une danse!
Impétueux, ardent, enflammé par un enfer de passion et de jalousie, voilà ce qu'est le costume de Carmen!
Passionné, irrésistible, électrique comme  l'éclair dans un ciel serein, voilà ce qu'est le costume de Carmen!
Mystérieux comme la nuit, rebelle comme le matin, il danse sur le fil du rasoir comme si la vie n'était juste qu'une danse consumée par la sueur!
Venu d'un flamenco oublié pour finir dans les bras d'une troublante Habanera,  il danse comme une ombre dans la rue en riant aux éclats,  comme le fait celui qui va à la rencontre de la mort!

"Carmen" - acrylique sur bois di Roberto Sironi


La bicicletta Shiatsu

La bicicletta Shiatsu è una bicicletta che adora il movimento e la fatalità! Lei si muove sinuosa sul corpo grigio della strada cercando nuove pedalate e antiche rivelazioni...Tra meridiani e vie segrete, la bicicletta Shiatsu è sempre pronta all'avventura e srotola le sue ruote verso miti ancestrali, dove nemmeno il tempo ci è mai arrivato!
Su quel corpo liscio e di catrame, su quell'asfalto dove il mondo passa e se ne va, la bicicletta Shiatsu veleggia silenziosa tra percezioni lontane e intuizioni segrete alla ricerca di un equilibrio mai perduto, atavico, eterno!
Tra un incrocio e l'altro, in un futuro disteso davanti agli occhi della gente, la bicicletta Shiatsu trottola sulla pelle della strada, guidata da un invisibile maestro dagli occhi a mandorla e dal sorriso di una volta.
Tra meridiani e pensieri immateriali, lei si muove lenta, precisa, accarezzando l'aria che nell'aria gigioneggia.
La bicicletta Shiatsu è una bicicletta che adora l'impossibile e in quell'impossibile si muove come fan le stelle che sembrano immobili in un cielo blu colore della notte e invece vanno per la loro strada, lunga ed infinita, una strada che noi non vedremo mai!

Opera di Roberto Sironi - acrilico su cartoncino

Le vélo Shiatsu

Le vélo Shiatsu est un vélo qui adore le mouvement et la fatalité! Il se déplace, sinueux, sur le corps gris de la route à la recherche de nouvelles balades à vélo et d'antiques révélations... Entre méridiens et chemins secrets, le vélo Shiatsu est toujours prêt pour l'aventure et déploie ses roues vers des mythes ancestraux que même le temps n'atteind pas ! 
Sur ce corps lisse et goudronné, sur cet asphalte où le monde va et vient, le vélo Shiatsu vogue, silencieux, entre des perceptions lointaines et des intuitions secrètes à la recherche d'un équilibre jamais perdu, atavique, éternel! 
Entre un carrefour et l'autre, dans cet avenir étalé à la vue des gens, le vélo Shiatsu trotte sur l'épiderme de la route, dirigé par un maître invisible aux yeux en amande et au sourire d'antan. 
Entre méridiens et pensées immatérielles, il se meut lentement, précis, en caressant l'air qui dans l'air fanfaronne.
Le vélo Shiatsu est un vélo qui adore l'impossible et dans cet impossible il se déplace comme le font les étoiles qui semblent immobiles dans un ciel bleu couleur nuit et qui en revanche poursuivent leur chemin, long et interminable...un chemin que nous ne verrons jamais!

Dessin de Roberto Sironi - acrylique sur carton léger

Arte marziale


Il costume alcune volte assume responsabilità storiche! Nel caso di una visione marziale, ad esempio, si fa carico di tutta la tensione reale e teatrale di un avvenimento guerresco e  bellico! In questo caso  l'indumento si investe di un'importanza militaresca, aumentando in maniera esponenziale l'immaginario collettivo di un episodio, di una storia, creando, complice la moltitudine, una gestualità talmente imponente ed esaltante da diventare retaggio, un'eredità che fa moda!
Dunque il costume può diventare una divisa e come tale produrre e fabbricare appartenenza stabilendo un legame indissolubile tra sé e chi lo indossa! Nella sua marzialità, inoltre, si scopre che questo tipo di costume è  parte di un'eleganza che integra movimento, gestualità e filosofia e che riassume in sé classe, stile, gusto e necessariamente anche rigore! In questa sua rigidità non mancano risvolti artistici...Questo abito dalle mille declinazioni afferma, senza ombra di dubbio, la sua mitologica presenza ed amplifica attitudini guerriere anche dove non ci sia nessuna guerra da combattere, elargendo illusioni, sogni di gloria e mitiche gesta  coraggiose ai passati, presenti e futuri guerrieri!
Dentro a quel costume ogni essere umano può credersi, immaginarsi e convincersi di essere invincibile per poi risvegliarsi sconfitto e solo in una guerra mai esistita, dove non ci sono mai stati eroi o nemici da combattere, ma solo indossatori, che come attori, hanno solleticato le nostre e le altrui fantasie sui campi di battaglia della vita!


"Arte marziale" - opera di Roberto Sironi - acrilico su tela


Art martial


Le costume prend parfois des responsabilités historiques! Dans le cas d'une vision martiale, par exemple, il assume toutes la véritable tension théâtrale d'un événement belliqueux! Dans ce cas, l'habit est investit par une importance militaire, augmentant de façon exponentielle l'imaginaire collectif d'un épisode ou d'une histoire en créant, grâce à la multitude, une gestualité tellement impressionnante et exaltante à en devenir un héritage qui impose sa propre mode!
Le costume, donc, peut devenir un uniforme et en tant que tel produire et fabriquer des appartenances, établissant ainsi un lien indissoluble entre lui-même et celui qui le porte! En outre, dans sa "martialité" il s'avère que ce type de costume fait partie d'une élégance intégrant rigidité, mouvement, gestualité et philosophie; il incarne la classe, le style, le goût et aussi nécessairement la rigueur! Les implications artistiques ne manquent pas dans cette rigidité... Sans aucun doute, cet habit aux mille variations affirme sa présence mythologiques et accroît des attitudes guerrières même là où il n'y a pas de guerre à combattre en amplifiant les illusions, les rêves de gloire et de courageux exploits mythiques auprès des guerriers passés, présents et futurs!
Avec ce costume sur soi, tout être humain peut croire, imaginer et se convaincre d'être invincible pour ensuite se réveiller, vaincu et seul dans une guerre n'ayant jamais existé où il y a ni héros ni ennemis à combattre, mais seulement des mannequins, qui comme des acteurs, ont chatouillé nos fantaisies et celle des autres sur les champs de bataille de la vie!

"Arte marziale"  de Roberto Sironi - huile sur toile



Un chiodo fisso!

Quando incontri un chiodo fisso, incontri una certezza che ha perso il suo legame con la realtà! Proprio in quel momento senti un leggerissimo calore  pervadere ogni convinzione mentre perplessità che sembravano dimenticate, ribollono tutt'intorno...Quel chiodo fisso e inaspettato è una ferita al cuore che solo il tempo può guarire! Scorrono le pagine di un libro come girano le ruote di una bicicletta, sino ad arrivare al centro della vita dove l'ardore si fa bello e il ricordo si colora di passato!
E' proprio lì che incontri un chiodo fisso! Affilato come la lama di una spada, appuntito come la punta di un coltello...Un pensiero nobile lasciato sulla strada ad arrugginire come è l'età abbandonata al tempo! Quel chiodo fisso e inatteso è un colpo basso sferzato nell'ombra di una sensazione! Scorrono i giorni come girano le ruote di una bicicletta, sino ad arrivare al centro della terra dove il nulla si fa grande e il niente abbandona il suo cammino! E' proprio lì che incontri un chiodo fisso! Costante ed ossessivo, ritto e prepotente sulla strada della fatalità e come un assassino mai pago della morte, eccolo trasformarsi in un destino prodigioso e impressionante , occulto e misterioso, impenetrabile e invincibile, colpire senza pietà la parte più indifesa della tua umile certezza: la ruota anteriore della tua bicicletta!


Opera di Roberto Sironi - acrilico su cartoncino

Une idée fixe!


Quand on rencontre une idée fixe, on rencontre une certitude qui a perdu tout lien avec
la réalité! 
C'est exactement à ce moment là que l'on sent une impalpable chaleur envahir chacune de nos convictions alors que les perplexités qui semblaient oubliées, se mettent à bouillir de nouveau autour de nous... 
Cette idée fixe et inattendue est une meurtrissure au cœur que seul le temps peut guérir! 

Les pages d'un livre défilent comme le font les roues d'un vélo qui roule, jusqu'à arriver au centre de la vie, là où l'ardeur se fait belle et le souvenir se teinte du passé! 
C'est exactement là que l'on peut rencontrer une idée fixe!  
Affilée comme la lame d'une épée, acérée comme la pointe d'un couteau ... 
Une noble pensée délaissée sur le bord du chemin, abandonné à la rouille comme l'âge s'abandonne au temps! 
Cette idée fixe et inattendue est un coup bas porté dans l'ombre d'une sensation! 

Les jours s'écoulent comme le font les roues d'un vélo roule, jusqu'à arriver au centre de la terre où le néant se fait grand et le vide abandonne son chemin! 
Et c'est exactement là que l'on peut rencontrer une idée fixe! 
Constante et obsédante, dressée bien droite et tyrannique sur le chemin de la fatalité …  
Et comme l'assassin dont la soif de mort n'est jamais étanchée, la voilà qui se transforme en un prodigieux et impressionnant destin, occulte et mystérieux, impénétrable et invincible, et qui frappe sans pitié la partie la plus exposée et sans défense de son humble certitude: la roue avant de son vélo!

Dessin de Roberto Sironi - acrylique sur carton léger

Fantaisies d'un tailleur

Un " Fitzcarraldo" d'autrefois erre dans les fantaisies d'un tailleur!
Il porte un étrange chapeau et marche d'un pas nerveux et agité! Dans la tête de ce tailleur, sur la pointe de son dé, une idée piquante comme une épingle a transpercé une intuition dans un silence fait sur mesure!
Ce "Fitzcarraldo" d'autrefois poursuit un rêve primitif et lointain en regardant l'horizon comme le fait le tailleur qui épie son miroir!
Il a un chapeau original et des souvenirs à camoufler! Dans la tête de ce tailleur, dans son regard de velours, une idée a pris forme… la forme d'un homme perdu et fatigué!
Il est étrange ce "Fitzcarraldo" d'autrefois, perdu dans l'ombre d'un bouton! Il porte un chapeau bizarre et marche d'un pas aussi rapide que l'avenir... Et dans la tête de ce tailleur, sur la pointe des doigts, une idée se transforme en femme, cousue sur mesure dans la fantaisie d'un film!

"Fitzcarraldo" de Roberto Sironi - huile sur toile


Quest' opera è distribuita con licenza Creative Commons Attribuzione - Non commerciale - Non opere derivate 3.0 Unported

Una strada surreale!

Nuvole pedalano in cielo grigio e bagnato di ricordi. Su quella strada fatta d'aria e d'atmosfera, quelle nuvole sanno dove andare! Insieme, raggruppate, formano un disegno che nemmeno il destino saprebbe disegnare! Su quella strada che sembra fatta per gli eroi, le nuvole giocano con i colori e gli sguardi stralunati della gente...In quel cielo, dove si nascondono gli dei e le stagioni sono vecchie e abbandonate favole, nuvole basse e chine pedalano veloci verso lidi mai esplorati e traguardi mai raggiunti! 
Su quella strada surreale dove il paradiso è solo un prato, girano le ruote del destino tra divinità annoiate e santi mai incontrati!
In quel cielo, dove i ricordi vanno a riscaldarsi, nuvole bianche passano veloci lasciando ad un presente che sorride sul ciglio della strada la sensazione d'essere il futuro! Su quella strada fatta di leggende e antiche storie, quelle nuvole sembrano disegni, ritratti, facce sudate chinate sul manubrio di una bicicletta, che nemmeno il destino più indovino saprebbe disegnare!


Opera di Roberto Sironi - acrilico su cartoncino

Une route surréelle!

Des nuages pédalent dans un ciel gris et trempé de souvenirs. Sur cette route d'air et d'atmosphère, ces nuages ​​savent où ils vont! Ensemble, regroupés, ils forment un motif que même le destin ne saurait dessiner! Sur cette route qui semble faite pour les héros, les nuages ​​jouent avec les couleurs et les regards absents des gens... Dans ce ciel où se cachent les dieux et où les saisons ne sont qu'anciennes fables abandonnées, les nuages ​​bas pédalent, rapides, vers des plages inexplorées et et des objectifs jamais atteints!
Sur cette route surréelle où le paradis n'est qu'une prairie, les roues du destin tournent, entre des divinités ennuyées et des saints jamais rencontrés! 
Dans ce ciel où les souvenirs viennent se réchauffer, des nuages ​​blancs passent, rapides, en laissant au présent souriant sur ​​le bord de la route la sensation d'être l'avenir! 
Sur cette route de légendes et d'histoires antiques, ces nuages ​​ressemblent à des dessins, des portraits, des visages en sueur penchés sur le guidon d'un vélo que même un destin divinateur ne saurait dessiner!

Dessin de Roberto Sironi - acrylique sur carton léger

Amarcord

In quei campi di grano, gialli e spettinati da un vento canaglia e paesano, camminano come fossero gli ultimi dei di un olimpo fatto di sudore e di fatica!
Nei loro costumi, color della polvere, cantano e bevono insieme alle ombre di un passato contadino e solitario mentre un sole assassino e innamorato illumina quelle bocche asciutte di parole!
In quei costumi fatti di gesti consumati al vento, camminano come fossero in un film di un poeta visionario e sognatore e non guardano al passato, non ridono per niente, non parlano, aspettano un domani che domani verrà per prenderli per mano, un domani che domani verrà vestito di speranza e desiderio! In quei costumi sporchi di terra e d'illusioni, camminano verso cieli azzurri ed orizzonti amari, come se il futuro fosse solo un campo da seminare e il mare una favola da raccontare!
In quei campi di grano che sembrano onde di velluto, camminano come fossero gli ultimi eroi di un'epoca lontana...Sui loro volti bruciati dal calore i solchi della vita hanno lasciato le loro impronte, mentre una sagoma poetica, lontana e visionaria, in cima alla collina,  pensa già ad un'altra storia!

"Amarcord"  - opera di Roberto Sironi -  olio su tela

Amarcord

Dans les champs de blé jaunes et décoiffés par un vent canaille et villageois, ils marchent comme les derniers Dieux d'un Olympe fait de sueur et d'effort!
Dans leurs costumes de couleur terre, ils chantent et boivent avec les ombres d'un passé paysan et solitaire pendant qu’un soleil assassin et amoureux illumine ces bouches asséchées par les mots!
Dans ces costumes faits de gestes consumés par le vent, ils  marchent comme s’ils faisaient partie du film d'un poète visionnaire et rêveur; sans regarder le passé, ils rient pour un rien, silencieux, en attente d'un lendemain qui viendra les prendre par la main, un lendemain qui les verra habillés d'espérance et de désir!
Dans ces costumes sales de terre et d’illusions, ils marchent vers des cieux bleus et des horizons amers, comme si l'avenir était juste un champ à semer et la mer une histoire à raconter!
Dans les champs de blé qui ressemblent à des ondes de velours, ils marchent comme s'ils étaient les derniers héros d'une lointaine époque... Sur leurs visages brûlés par la chaleur, les sillons de la vie ont laissé leurs empreintes, alors qu'une silhouette poétique, lointaine et visionnaire, au sommet de la colline, pense déjà à une autre histoire!

"Amarcord"  de Roberto Sironi - huile sur toile



La bicicletta di un Maharajah

Da un lontanissimo e sconosciuto Oriente arrivano profumi e sogni da lasciare a bocca aperta...In quell'Oriente inesplorato, laggiù dove la sabbia è padrona delle gole e delle fantasie, una bicicletta d'oro ondeggia all'orizzonte di un cielo blu solleticato da sbarazzine nuvole...E' la bicicletta di un Maharajah annoiato e triste, che in un deserto grande come la solitudine va verso i suoi miraggi, laggiù dove la sabbia è vento e il vento è caldo come il sole!
In quell'Oriente misterioso dove senti cantare le stelle, una bicicletta d'oro va per la sua strada verso mille e più notti d'amore, laggiù dove le clessidre giocano col tempo scivolando tra le invisibili pieghe della fatalità! E' la bicicletta di un Maharajah vestito di bianco, che in un deserto immenso come la vita va verso le sue illusioni e mentre il suo sguardo taglia l'infinito come una lama di coltello, proprio laggiù, in quel deserto tutto uguale, una bicicletta d'oro brilla come un diamante, mentre la sabbia cambia di colore come fa il cielo quando diventa Oriente!


Opera di Roberto Sironi - acrilico su cartoncino

Le vélo d'un Maharadjah

Parfums et rêves venus d'un lointain et inconnu Orient nous laissent sans voix. Dans cet Orient inexploré, là-bas où le sable est le maître des gorges et des fantaisies, un vélo en or ondoie à l'horizon, sur un ciel bleu chatouillé par des nuages ​​effrontés... C'est le vélo d'un Maharadjah, ennuyé et triste, qui dans un désert aussi vaste que la solitude va vers ses propres mirages, là-bas, où le sable est vent et le vent chaud comme le soleil! 
Dans cet Orient mystérieux où on peut entendre chanter les étoiles, un vélo en or poursuit son chemin vers mille et une nuits d'amour, là-bas où les  sabliers jouent avec le temps en glissant entre les plis invisibles de la fatalité! C'est le vélo d'un Maharadjah vêtu de blanc, qui, dans un  désert immense comme la vie va vers ses illusions… et tandis que son regard taille l'infini comme la lame d'un couteau, juste là, dans ce désert toujours égal, un vélo en or brille comme un diamant, tandis que le sable change de couleur comme le fait le ciel lorsqu'il devient Orient!

Opera di Roberto Sironi - acrylique sur carton léger